L'héritage industriel

Du fait du développement extrêmement dynamique dans la période de la révolution industrielle, Lodz est souvent comparée à Manchester, le plus grand centre de l’industrie du textile au monde au XIXème siècle. Lodz est souvent nommée « Le Manchester polonais ». Une des premières machines en Pologne fut utilisée dans la fabrique blanche de Ludwick Geyer en 1839 et a été la première usine a apparaître dans le ciel de Lodz.

Aujourd’hui, les bâtiments post-usine abritent l’unique musée central des textiles du pays. Les expositions du Lodz industriel peuvent également être vues au Musée de l’Usine dans le quartier de Manufaktura, et leurs histoires peuvent aussi être apprises dans les palais des grands propriétaires d’usine tels qu’Izrael Poznanski (aujourd’hui le Musée de la Ville de Lodz), ou le palais de Karole Scheibler (désormais, le Musée de la Cinématographie). Même le surnom donné à la Ville « La fileuse » fait référence à l’héritage industriel de Lodz.

Aux prémices du XXème siècle, pendant la période du développement industriel de Lodz, environ 600 plans industriels étaient opérés dans la ville. Ce n’est pas une surprise si Tuwin l’a appelée de ce temps une « La ville cheminée ». Depuis la fin du XXème siècle, la production de textile a diminué à Lodz, les paysages de la ville sont encore accompagnés des grands bâtiments. Ceux qui ont été rénovés sont utilisés à des fins plus modernes, en effet, ils se sont vu devenir des lofts, des hôtels, des bureaux, des magasins ou des espaces utilisés par des artistes et pour des évènements artistiques comme des concerts ou des expositions. En 2015, le paysage multiculturel de Lodz est entré dans la prestigieuse liste des Monuments Historiques créée par le Président de la Pologne.